Université Evry Val d'Essonne

Traduction    Version anglaise

Navigation principale

Rechercher

Fil d'arianne

Accueil > l'Université > Voeux 2016 aux personnels de l'université
Imprimer la page

VOEUX 2016 AUX PERSONNELS DE L'UNIVERSITÉ

dernière mise à jour : 26/01/2016

 Mesdames, Messieurs, Chers Collègues, Chers Amis,

Quel plaisir d’être ici à l’Institut de Biologie Génétique et Bio-informatique pour partager et présider cette cérémonie des voeux, cette année marquée par les 25 ans de notre établissement.
25 ans, c’est encore le bel âge, me direz-vous, et, il est vrai que l’Université d’Évry Val d’Essonne reste jeune (regardez autour de vous !). Mais, quel chemin parcouru en 25 ans !

Créée en 1991 avec trois autres universités nouvelles d’Ile de France sur la volonté du gouvernement, l’Université d’Évry a su ancrer l’enseignement supérieur et une recherche de haut niveau sur ce nouveau territoire.

À sa création, le projet scientifique confié par l’État à l’Université d’Évry sous la présidence de Michel FAYARD, était centré sur le développement des matériaux innovants. À partir de 1998, toujours sous l’impulsion de l’État, notre Université s’est progressivement ouverte, sous la présidence de Bernard CHAPPEY, aux sciences génomiques, avec les perspectives d’applications nombreuses que l’on voit poindre aujourd’hui, et destinées à la santé humaine et à l’industrie inspirée des génomes. Notre université, avec le bassin d’Évry, conserve là son statut de pionnier.

Depuis 1991, après donc 25 ans et 5 présidences, les fondamentaux qui ont présidé à la création de l’UEVE (Formation supérieure et recherche) demeurent vrais.

Aujourd'hui, nous sommes autonomes grâce aux responsabilités et compétences élargies acquises en 2011, et résolument tournés vers l’avenir, forts d’un projet rationnel et prévisible.
Et cela, avec le soutien du ministère, de la Région Ile-de-France, du Conseil départemental de l’Essonne, de la Communauté d’agglomération du Grand Paris Sud, de la ville d’Évry, des grands organismes, le CEA, l’INSERM, le CNRS, l’INRA, ainsi que de Genopole et de l’AFM-Téléthon.

A Évry, nous répondons à des besoins de formation propres au territoire et à la région, et nous nous inscrivons dans une dynamique d’excellence pour porter des recherches de très haut niveau, qui sont structurantes pour l’avenir de notre pays, de notre monde.

Notre mission est donc en premier lieu de participer à la diffusion de savoirs fondamentaux auprès de la jeunesse dont la formation est, et restera, notre priorité.
En second lieu, nous créons des savoirs. Belle mission, assumée grâce à l’investissement d’enseignants-chercheurs et de chercheurs qui impliquent fortement les étudiants dans le processus créatif.

A Évry, ces étudiants « chercheurs en herbe ou confirmés » nous viennent de tous les horizons de France et du monde ; attirés par la qualité de nos laboratoires, par l’aventure humaine que représente la recherche, et par les perspectives académiques ou professionnelles que permet un parcours réussi à l’université.
C’est ainsi que nous accueillons plus de 10 000 étudiants à l’Université d’Évry.
À ce nombre, il convient d’ajouter pour la ville d’Évry, les étudiants de ses trois écoles d’ingénieurs et de commerce : l’École nationale d’informatique pour l’industrie et l’entreprise, Télécom école de management et Télécom SudParis, qui font d’Évry une ville universitaire ; ville où la proportion d’étudiants rapportée à la population de la ville est l’une des plus élevées de France !

Évry, ville universitaire, ce n’est pas une promesse ; c’est une réalité, c’est un bel étendard !
Je salue ici monsieur Francis CHOUAT qui soutient fortement et sans réserve les initiatives que nous déployons pour que cette évidence frappe les consciences ; pour qu’elle soit connue et reconnue de tous à sa juste valeur ; et que, ensemble nous développions un campus où la vie universitaire et la vie des citoyens s’entrecroisent pour un enrichissement mutuel.

C’est l’un des grands projets qui, tous deux, nous anime.

L’Université d’Évry, vous le savez, compte également un IUT en capacité de former 2 000 étudiants dans de nombreuses filières clés des secteurs secondaire et tertiaire. Il est également présent sur d’autres territoires de l’Essonne à Juvisy et Brétigny. Dans ce contexte, la formation professionnalisante et en alternance y est forte et représente une marque de qualité particulière grâce au Centre de formation d’apprentis CFA-EVE dont nous sommes fondateurs. Ce CFA-EVE qui est l’un des plus importants d’Ile-de-France accompagne environ 2 000 apprentis qui, dans leur grande majorité, s’insèrent facilement dans le monde du travail.
L’Université d’Évry est aussi particulièrement active dans la formation des enseignants du primaire et du secondaire au sein d’une des plus grandes écoles supérieures du professorat et de l'éducation de France : l’ESPE de l’académie de Versailles.

Notre responsabilité est également de diffuser les connaissances nouvelles vers la société et le monde économique. Cela est un juste retour du crédit que l’on nous accorde.
Nous le faisons aussi, et chacun doit en avoir conscience, parce que l’accélération de la production des savoirs et la vitesse du changement qu’elle implique s’accompagnent d’un risque de perte de maîtrise de ces mêmes connaissances, de ces mêmes applications par la population générale. En effet, en rapport immédiat avec ces connaissances et applications, émerge un monde nouveau, monde dans lequel nous commençons à vivre.
Ce monde est sous-tendu et travaillé par des mutations rapides des systèmes économiques et productifs qui bouleversent singulièrement notre modèle sociétal. Cet ensemble justifie que l’on y réfléchisse et qu’on l’analyse ; que l’on soit collectivement force de proposition pour identifier de nouvelles voies afin que chacun trouve un sens à son activité et à sa vie.

Vous le voyez, mesdames et messieurs, la dynamique universitaire, en créant et en favorisant la confrontation des savoirs aux besoins de notre société, est pleinement impliquée dans la marche de l’Histoire.
Et à Évry, nous sommes convaincus qu’une formation de haut niveau s’appuyant sur une recherche scientifique de pointe, avec ses deux volets, recherche fondamentale et recherche appliquée, sont des facteurs puissants et déterminants pour créer et être acteur de ce monde nouveau.

Oui, dans ce nouveau monde, l’Université d’Évry entend bien prendre toute sa place.
Car à 25 ans, nous avons l’avenir devant nous. Il ne nous inquiète pas car nous agissons avec le ferme optimisme de la volonté.

Cet avenir, nous avons fait le choix de commencer à l’écrire avec l’Université Paris-Saclay pour donner et recevoir, pour que nous soyons plus stables, en restant agiles, plus forts ensemble.
C’est ainsi que nous avons mis en commun nos écoles doctorales et plus de 70 % de nos masters ; c’est ainsi que nous avons signé ensemble le contrat de site qui nous engage vis-à-vis de l’État, c’est ainsi que nous sommes associés au renouvellement de l’IDEX Paris-Saclay qui doit nous apporter encore plus de visibilité, de reconnaissance et de moyens de développement.

Cette association à l’IDEX Paris-Saclay légitime toute l’excellence du campus d’Évry et de ses partenaires.

Et cette action coordonnée au sein de cette formidable Université Paris-Saclay que nous construisons avec Gilles BLOCH qui en est le président, que je salue et remercie pour sa présence à nos côtés aujourd’hui comme hier, je puis vous assurer qu’avec tous les personnels, avec notre administration, nous nous attacherons à lui donner corps, vitalité et vigueur dans un partenariat constructif.
Nos priorités seront donc ici de renforcer nos formations et notre recherche là où elles sont spécifiques, originales, visibles et de grande qualité, et d’accompagner et mutualiser les forces là où il est nécessaire de s’unir, en s’appuyant sur ce périmètre de l’Université Paris-Saclay.

Sur ce socle, l’UEVE est solide, elle est tournée vers l’Europe et le monde, grâce aussi au soutien des dispositifs propres à l’action extérieure des collectivités territoriales, notamment ceux du département de l’Essonne et de la région Ile-de-France.

Maintenant, je vais vous dresser un panorama simplifié de ce qu’est l’Université d’Évry afin que vous sentiez notre ambition et notre désir de servir le dessein commun de la communauté Paris-Saclay, pour vous montrer et vous convaincre - s’il le fallait encore - de la diversité et de la qualité de nos travaux ; qualité qui est le fruit de l’adhésion forte de notre communauté, y compris de notre administration à tous ses échelons, à notre projet partagé.

Rassurez-vous, ce ne sera pas un inventaire détaillé de toutes les formations, filières et parcours en licences, en licences pro, en master et en doctorat et de toutes les recherches qu’aujourd’hui notre université fédère. Et je prie ainsi ceux qui ne seront pas cités de ne pas en prendre ombrage.
L’Université d’Évry pour ceux qui ne la connaisse pas est un objet complexe, pluridisciplinaire, et qui oeuvre dans trois champs principaux.

Tout d’abord, dans le secteur des Sciences de l’Homme et de la Société, avec un axe majeur de formation et de recherche qui concerne le Travail, l’Emploi, l’Entreprise et les Politiques Publiques. Cet axe structure également des recherches émergentes sur les formes et usages contemporains de l’image.
- La recherche en sociologie porte sur les notions clés et transversales de « réflexivité » et « d’émancipation ». Cette réflexivité qui permet à l’action humaine de mieux diriger ses efforts et d’organiser son action en conscience des impacts possibles. Elle est corolaire de l’émancipation qui libère de son côté l’homme des pesanteurs sociales comme des logiques structurantes.
Nous voulons aussi comprendre les représentations du travail en temps de crise, les perspectives émancipatrices dans des cadres de flexi-sécurité, le vécu de la précarisation, l’émergence de l’individu tacticien-opportuniste.

Toutes ces questions, vous le voyez, sont d’une actualité brulante et éminemment politique.
La sociologie à Évry, c’est aussi le champ des territoires, des villes et des politiques publiques. C’est enfin la sociologie visuelle et filmique qui explore ce que l’image et le son donnent à voir des réalités sociales.
- Dans le domaine du droit, Évry est reconnue pour sa recherche transversale Droit public / Droit privé / Sciences politiques qui associe publicistes et privatistes en comparant les deux branches du droit, mais aussi en retenant des thèmes de recherche qui « par nature » mêlent droit public et droit privé. Droit du financement ; Droit des biotechnologies qui prend tout son sens grâce à la proximité avec Genopole ; Droits de l’homme - droit humanitaire ; Droit des collectivités territoriales et droit public de l’économie. L’université est aussi reconnue pour son institut d’études juridiques qui forme les praticiens du droit.
- En économie, les recherches relèvent de l’économie théorique et appliquée et s’intéressent à la finance, à l’environnement, à la démographie et au travail.
- Dans le domaine des arts et des lettres, nous analysons les enjeux territoriaux de la pratique artistique et menons une réflexion sur l’art au regard de la globalisation. Nous développons également les talents et les passions autour du spectacle vivant, du patrimoine et de l’interprétation.
- Évry c’est aussi l’Histoire, l’IDHE-Évry se concentre sur le thème « Produits et territoires » et analyse notamment les recompositions territoriales de l’activité productive dans le domaine de l’industrie automobile.
Ensuite dans le domaine des Sciences & Technologies, des formations et des recherches sont développées en chimie, STIC, modélisation et mathématiques, en formant un axe pluridisciplinaire fédérateur ouvert sur le monde.

Il s’agit par exemple de mettre au point des méthodes analytiques pour étudier le comportement et le devenir d’espèces chimiques et moléculaires, et aussi de simuler à différentes échelles des systèmes moléculaires complexes en phase gazeuse ou condensée.

Nos recherches concernent également l’assistance à la personne, les smart systems et contrôles embarqués et ce, adossées à une large expertise en automatique, mécanique, robotique et réalité augmentée.
Dans ce champ, un volet important concerne les véhicules autonomes aériens et terrestres. Un champ auquel je sais Patrick IMBERT, vice-président du Conseil départemental, très attaché de par la constitution du « Cluster drones » dans notre département. Nous nous intéressons aussi à l'application des méthodes d'analyse harmonique réelle et du calcul paradifférentiel à l'étude des équations de la mécanique des fluides, et l'application de ces mêmes méthodes à l'étude des équations dispersives. Dans le domaine des mathématiques financières, les travaux sont centrés sur le risque du crédit et de liquidité.

Enfin, le domaine des Sciences de la Vie et de l’Environnement représente un axe majeur.
Notre priorité est l’étude des génomes, des post-génomes, avec un intérêt particulier pour la santé humaine, pour l’environnement et les industries de demain inspirées des génomes.
Ce domaine, nous en sommes sûrs, est porteur d’avenir, source de multiples créations industrielles et de retombées économiques.

Pensons par exemple à la médecine personnalisée qui sera en capacité de proposer des thérapies adaptées à la spécificité de chacun. Cette médecine saura aussi prédire, bien à l’avance, le risque de telle ou telle affection invalidante en décryptant nos génomes et surtout, elle saura proposer des mesures préventives, et ce avant même que les symptômes n’apparaissent !
Prévenir plutôt que guérir ! C’est le rêve de l’humanité !
Ce sera une source de bien-être et une source globale d’économie.
Guérir, chez nous cela concerne les biothérapies innovantes qu’appuie l’institut des biothérapies de l’AFM-Téléthon. Ces biothérapies sont géniques - les fameuses thérapies géniques -, cellulaires, fondées sur l’utilisation des cellules souches et ouvrant la voie à la médecine réparatrice et régénérative. Toutes ces biothérapies apportent déjà et apporteront des solutions à des maladies aujourd’hui incurables.
C’était inimaginable il y seulement quelques décennies !

Évry élargit aussi le champ de la génomique pour explorer la biodiversité, en particulier celle concernant les micro-organismes. Cela permet notamment d’aborder des questions relatives à la biologie systémique et à la biologie synthétique qui, ensemble, apportent de la matière aux industries biotechnologiques. C’est le concept d’« Atelier du vivant » pour la santé, l’environnement et l’industrie que l’on voit émerger ici.
Mais le domaine de la génomique est encore plus large car il est englobant et fédérateur.
Nous y avons d’ores et déjà à Évry des mathématiques de très haut niveau, de l’informatique et de la bio-informatique. Il faudra y ajouter le droit, l’éthique, l’économie et le management pour trouver les solutions de financements et de partage afin de ne laisser personne au bord de la route. Sans oublier la sociologie pour affiner la formulation de nos besoins et la mise en forme des usages qui découleront de ces sciences.
Et pour comprendre plus avant encore la profondeur de la génomique et l’étendue de sa « surface sociale », au-delà de « l’humain vivant » d’aujourd’hui, jamais une science n’est allée aussi loin que cette science des génomes pour décrypter les fondements de la vie.
Nous venons en effet de voir que la génomique explore et scrute l’intimité de l’homme et de la biodiversité. Mais chacun doit comprendre qu’elle est depuis peu en capacité de révéler les génomes d’êtres et d’espèces éteintes. C’est tout le champ de recherche autour du fameux « ADN ancien ».
Et aujourd’hui des chercheurs se « disputent » « aimablement !» pour connaître et révéler le génome complet d’un de nos ancêtres, hominidé âgé d’environ 1 million d’années.
Quel formidable arbre généalogique de l’humanité nous aurons alors à notre disposition, et dont pourront se saisir les historiens, les anthropologues, les spécialistes des migrations, ceux des peuplements et ceux des religions…
Vous voyez ici l’ampleur de la génomique : une science qui sonde le passé et nous aide à mieux éclairer l’avenir, tout en plaçant les fondements d’une nouvelle économie !
Monsieur le Ministre, Chers Collègues et Chers Amis, dans cette discipline, des instruments révolutionnaires sont là, il y a beaucoup de place pour les talents, les industriels, et je serais tenté de dire que tout reste à découvrir !
La génomique dans tous ses états est bien ici à Évry notre « Eldorado », et je remercie Pierre TAMBOURIN d’avoir su en être le pionnier en Essonne, et bien au-delà…
À travers ses trois secteurs l’Université d’Évry soutient donc tout cela et conduit à de nombreux succès. Je citerai par exemple pour cette année écoulée le succès obtenu pour traiter par thérapie génique des enfants souffrant de déficits immunitaires ; la distinction d’une de nos mathématiciennes ; une médaille remarquée au concours international IGEM de nos jeunes qui se battent dans le champs de la biologie synthétique ; la fierté pour nos juristes d’obtenir le prix de la meilleure plaidoirie de la question prioritaire de constitutionnalité dans la catégorie « Demandeurs », la fierté des succès à l’ANR ; notre présence dans les LABEX ; la création d’un pôle de relation aux entreprises et j’en passe…
C’est ça l’esprit d’Évry ! L’esprit d’Évry, c’est faire sortir de ce qui n’était hier encore que des champs, que des terres vierges, par la volonté de l’État et des femmes et des hommes d’ici, de grands projets qui se traduisent par de grandes réalisations qui transforment le monde.
A travers ce panorama non exhaustif, et encore une fois, je vous prie de bien vouloir m’en excuser, vous voyez traduite en actes, en actions, en formations, la dynamique d’une communauté soudée et engagée pour le bénéfice de la jeunesse, de la science et de l’économie française dans son ensemble.
Et c’est grâce à cette démonstration d’engagement et de force au sens noble du terme, que l’Université d’Évry a su convaincre l’État et les collectivités territoriales de notre besoin d’améliorer nos conditions d’accueil et de travail.

Nous tous ici, qui avons 25 ans en ce jour, nous savons à quel point cet âge est clé dans la construction d’un avenir. C’est aussi l’âge de la consolidation des premiers grands amours.
En tant que président, responsable de cette université, je voudrais garantir que nous agissons sur tous les fronts, sans oublier aucune discipline.

C’est ainsi qu’après la réalisation, par le concours du Conseil régional, de ce bâtiment dans lequel nous sommes aujourd’hui, nous travaillons maintenant avec le Conseil départemental et le Conseil régional à la construction d’un nouvel ensemble dédié aux sciences humaines et sociales et intégrant un « Learning center », centre d’innovation pédagogique.

François DUROVRAY, président du Conseil départemental de l’Essonne, tout comme Valérie PECRESSE, présidente du Conseil régional d’Ile-de-France, je n’en doute pas, sauront nous apporter la preuve que le rayonnement des sciences humaines et sociales Evryennes tient à coeur à tous à travers leur soutien à la sortie de terre de cet édifice critique pour notre activité et notre cohérence.
--------------------------
Je terminerai cette description rapide de notre belle université en tentant de résumer les richesses de notre établissement par ces quelques mots que j'adresse particulièrement à la jeunesse :
La formation et la recherche sont des exercices complets, où il nous faut allier des qualités essentielles : finesse, sensibilité, subtilité. Et en ce sens, toutes peuvent s’apparenter à un art.
Et par cet art, comme une fierté, comme le disait Pascal mais ici sans présomption, nous souhaitons « être connus de toute la terre, et même des gens qui viendront quand nous ne serons plus ».
Mais cet art, cet art particulier des scientifiques, cet art si particulier… et dont l’histoire est si facile à raconter - a posteriori ! - cet art doit s’appuyer sur des fondamentaux et des principes généraux qui fondent l’esprit critique.
Dans ce contexte, je souhaiterais pour finir apporter une touche d’utopie puisque nous sommes là pour rêver le futur.
Je rêverais donc d’être en capacité d’offrir à chacun de nos plus jeunes étudiants un corpus solide de mathématiques. J’en vois déjà quelques-uns sursauter !
Non… pas des mathématiques pour sélectionner, nous savons qu’elles sont redoutablement efficaces en la matière !
Ni des mathématiques pour apporter des solutions toutes faites, là n’est pas le propos.
Mais des mathématiques pour former l’esprit, pour montrer le cheminement ambitieux, le chemin difficile, parfois tortueux et souvent risqué qui mène à la lumière.
Et pourquoi tout cela?
Pour montrer la force de ce qu’est une démonstration.
Démonstration qui une fois fondée, transforme un résultat en une vérité intemporelle.
Derrière cet « Eureka » que chacun connaît et utilise, j’allais dire presque au quotidien, et bien il y a un théorème multimillénaire. Et la beauté et la force d’un théorème sont qu’il reste vrai quel que soit le temps, quelle que soit la culture. La puissance d’une démonstration, c’est aussi une jouissance intellectuelle, les matheux savent de quoi je parle… et la démonstration in fine, et vous comprenez maintenant où je veux en venir précisément, est aussi un rempart contre les idées reçues, les préjugés avalés sans prévention.
Les mathématiques, au-delà de cela, c’est aussi une matière qui recèle une dimension philosophique évidente. Regardons les avancées considérables des mathématiques de ces dernières décennies. Elles doivent absolument irriguer, nourrir les humanités. Pensons simplement aux solutions étonnantes concernant l’infini mathématique et toutes les nouvelles figures qu’il comporte…

En miroir de ce rêve, je rêve également que tous nos étudiants soient en capacité de rencontrer les auteurs anciens car ils sont nos parents d’adoption. Et à travers leurs legs : la loi, la poésie, le théâtre et ses tragédies, la philosophie ; à travers tout cela, ils nous parlent de nous… de notre actualité, et là encore leurs messages ont une dimension intemporelle.

Quel prodige que l’esprit humain ! Prodige de la mémoire de la vie et de ses multiples transmissions. C’est notre devoir d’universitaire, d’intellectuel, de stimuler ce prodige en l’excitant depuis ses plus profonds retranchements.
Et l’on voit qu’en mettant ensemble nos rêves, en plaçant ces rêves au bout des réalités que nous avons déjà construites, ici à Évry, ce rêve d’Évry deviendra une autre, une nouvelle réalité que je nommerai « rêve d’Évry » ou Rêv-ry.
Rêv-ry formera un ciment agrégeant l’ensemble de notre université, de ses enseignants à ses chercheurs, en passant par l’administration que je salue ici. Administration souvent dans l’ombre mais sans laquelle aucune des avancées de ces 25 dernières années n’aurait été possible et sans laquelle aucun des projets que je viens d’évoquer n’est envisageable. L’administration est notre ange gardien qui nous accompagne et nous préserve. Car nous avons une administration exigeante, une administration qui connaît toute la valeur, toutes les valeurs que recouvre la notion de service au public.
--------------------------
Alors du haut de ces marches Monsieur le Ministre, 25 ans nous contemplent…
25 ans qui nous obligent au regard de ce que nos prédécesseurs ont fait ;
Au regard de ce que l’État a fait ;
25 ans qui nous ont rendus solides pour regarder calmement l’avenir.
Alors soyez convaincu Monsieur le Ministre, soyez convaincus Mesdames et Messieurs, Mes Chers Collègues, Chers Amis, soyez convaincus que nous formerons des êtres, humains et libres.
Libres de se déterminer loin de tout dogme ;
Des femmes et des hommes capables de se saisir de l’égalité qu’offrent les lois de notre République ;
Des femmes et des hommes fraternels, car que serait la vie en société sans cette fraternité qui nous distingue ?
Car j’ai la naïveté de croire que si nous sommes aujourd’hui ici, c’est bien en partie à cela que nous aspirons.
Je vous souhaite donc, Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs, mes Chers Collègues et Amis, une année brillante ; une année sereine ; une année qui permette à chacune et chacun de s’exprimer, de partager le meilleur de lui-même et de contribuer à NOUS le faire mieux connaître.

Patrick CURMI
Voeux aux personnels de l’Université d’Évry
21 janvier 2016

Université d'Evry-Val-d'Essonne Boulevard François Mitterrand 91025 Evry Cedex - Contacts - Plan du site | Informations légales | Communauté Universitaire (ENT)