Université Evry Val d'Essonne

Traduction    Version anglaise

Navigation principale

Rechercher

Fil d'arianne

Accueil > Recherche > Les laboratoires > Histoire Economique Sociale et des Techniques > L’entreprise, son histoire, sa culture
Imprimer la page

L'ENTREPRISE, SON HISTOIRE, SA CULTURE

dernière mise à jour : 14/11/2009 - auteur : Alain Pichon - article d'Olivier Fermé, "Le Républicain/Panorama du 16 novembre 2009"

Chez le fabricant d'enduits pour peintre "Toupret", une étudiante de Master du département d'histoire réalise un travail sur l'histoire de l'entreprise...  

Le temps de l’entreprise est celui de l’anticipation. Rarement on la conjugue de manière positive au passé. Et pourtant, l’histoire d’une entreprise, c’est aussi sa culture, son savoir-faire, son adaptation aux besoins des consommateurs et du marché. Afin de mettre en valeur son patrimoine, le groupe Toupret, à Corbeil-Essonnes, a décidé de faire appel à Sloane Lambeau, 22 ans, étudiante en master 2 d’histoire économique et sociale à l’université d’Evry Val d’Essonne (Ueve).

Dans le cadre de sa formation, elle est la première à effectuer un stage consacré à l’histoire d’une entreprise locale. Ce projet a été conçu conjointement par le département et le LHEST, le Laboratoire d’histoire économique, sociale et des techniques avec le soutien de la Chambre de commerce. Pendant deux ans, cette étudiante est immergée au sein de l’effectif de Toupret dans la perspective de remettre un mémoire sur son histoire en juin prochain.

Une entreprise familiale depuis 1938

Un tel travail prend tout son sens dans le cas du groupe Toupret. Il s'agit en effet d'une entreprise familiale créée à Corbeil en 1938. Aujourd'hui, avec à sa tête Marc Jardin, l'un des fils du fondateur Désiré Jardin, cette entreprise est l'un des leaders sur le marché des enduits de peintre. « J’ai parfois le sentiment de tout connaître sur l’histoire de Toupret, mais je n’ai pas le temps de m’occuper de ce travail de mémoire et surtout le regard extérieur de Sloane m’intéresse», explique Marc Jardin. Cette jeune étudiante, native de la Guadeloupe, se montre très motivée pour remplir sa mission. « Ce qui m’intéresse dans le cas de Toupret, s’agissant d’une PME, c’est aussi de comprendre comment elle a survécu jusqu’à aujourd’hui». Sur ce point, le président du groupe reconnaît qu’il faut de la volonté pour conserver l’entreprise dans la famille. « Il faut avoir conscience du travail fait par mes prédécesseurs et la volonté de la transmettre dans les meilleures conditions, en faire une entreprise plus prospère et plus humaine.» Et de reconnaître « Le plus simple, ce serait de vendre.»

Concrètement, Sloane Lambeau a accès à l’ensemble des archives du groupe. Et il y en aurait plus de 2 000 boîtes. Dans un premier temps, elle a d’abord effectué des recherches sur l’histoire locale pour inscrire Toupret dans celle de la ville de Corbeil-Essonnes. Ensuite, à partir de ces archives, elle passe au crible une grande diversité de documents, des bilans comptables aux documents juridiques, en passant par les tarifs, les articles de presse, etc. «Quand on consulte les archives, on voit qu’il y a des ruptures dans l’histoire de l’entreprise, mais on ne comprend pas toujours bien pourquoi» observe-t-elle.

Les salariés témoignent

Renouvellement des outils de production, lancement d’un nouveau produit, des changements qui peuvent sembler secondaires au premier abord ont parfois un impact considérable sur le niveau d’activité d’une entreprise. Pour bien les cerner, Sloane Lambeau rencontre celles et ceux qui font, ou ont fait, Toupret. Le critère retenu étant de rencontrer le plus ancien de chaque service. Des entretiens avec des salariés aujourd’hui à la retraite sont également envisagés. « Ces personnes sont en général fières qu’on les sollicite, elles ont beaucoup de plaisir à m’aider, raconte l’étudiante. On ressent qu’il y a une forte culture d’entreprise ».

Christelle Jardin, son maître de stage au sein de l’entreprise, insiste notamment sur le fait que c’est également un bon moyen d’inculquer les valeurs du monde de l’entreprise à cette étudiante qui n’y avait, avant cette immersion chez Toupret, jamais mis les pieds. Pour les 75 ans de Toupret, ce travail constituera sans aucun doute un excellent support.

 Par Olivier Fermé, "Le Républicain/Panorama du 16 novembre 2009"

PHOTO : Marc Jardin, le dirigeant de Toupret, Christelle Jardin, maître de stage de Sloane Lambeau qui effectue dans le cadre de ses études un travail de recherche sur cette entreprise de Corbeil-Essonnes.

De la recherche sur l'histoire locale et des entreprises.

Le Laboratoire d’histoire économique, sociale et des techniques (LHEST) est un laboratoire de recherche de l’université d’Evry (Ueve) composé de huit chercheurs qui ont à leur actif un nombre important de publications. Il propose notamment aux villes, mais aussi aux entreprises, de mener des projets de recherche. Pour ces dernières, dans le cadre d’un master d’histoire économique et sociale, l’étudiant réalisera ses recherches dans le cadre d’une convention de stage au sein de l’entreprise en vue de réaliser un mémoire. Ce master se déroule sur deux ans (master 1 et 2). La première année, le stage dure six mois, de janvier à juin ou de février à juillet, à raison de 152 heures par mois maximum. Le stagiaire poursuit ses cours deux jours par semaine. La deuxième année (master 2), le stage dure dix mois, de septembre à juin, toujours dans la limite de 152 heures par mois. L’étudiant participe pendant cette année aux séminaires universitaires et aux cours de méthodologie. L’entreprise qui l’accueille est tenue de verser une indemnité de stage durant ces deux années de 399 euros au moins.

 Plus d’infos : alain.pichon@univ-evry.fr

Université d'Evry-Val-d'Essonne Boulevard François Mitterrand 91025 Evry Cedex - Contacts - Plan du site | Informations légales | Communauté Universitaire (ENT)